Louisiana Civil Code

Table of Contents (Download PDF)

CHAPTER 4 - OF PRIVILEGES ON IMMOVABLES

Art. 3249. Creditors who have a privilege on immovables, are:

1. The vendor on the estate by him sold, for the payment of the price or so much of it as is unpaid, whether it was sold on or without a credit.

2. Architects, undertakers, bricklayers, painters, master builders, contractors, subcontractors, journeymen, laborers, cartmen and other workmen employed in constructing, rebuilding or repairing houses, buildings, or making other works.

3. Those who have supplied the owner or other person employed by the owner, his agent or subcontractor, with materials of any kind for the construction or repair of an edifice or other work, when such materials have been used in the erection or repair of such houses or other works.

The above named parties shall have a lien and privilege upon the building, improvement or other work erected, and upon the lot of ground not exceeding one acre, upon which the building, improvement or other work shall be erected; provided, that such lot of ground belongs to the person having such building, improvement or other work erected; and if such building, improvement or other work is caused to be erected by a lessee of the lot of ground, in that case the privilege shall exist only against the lease and shall not affect the owner.

4. Those who have worked by the job in the manner directed by the law, or by the regulations of the police, in making or repairing the levees, bridges, ditches and roads of a proprietor, on the land over which levees, bridges and roads have been made or repaired.

Art. 3250. The privilege granted to the vendor on the immovable sold by him, extends to the beasts and agricultural implements attached to the estate, and which made part of the sale.

Art. 3251. If there are several successive sales, on which the price is due wholly or in part, the first vendor is preferred to the second, the second to the third, and so throughout and as provided by Article 3186, and assuming timely recordation as provided in Article 3274, each such vendor is preferred to the previously recorded mortgages of his vendees and their successors. [Acts 1989, No. 538, §1]

 

CHAPTER 5 - OF PRIVILEGES WHICH EMBRACE BOTH MOVABLES AND IMMOVABLES

Art. 3252. The privileges which extend alike to movables and immovables are the following:

1. Funeral charges.

2. Judicial charges.

3. Expenses of last illness.

4. The wages of servants.

5. The salaries of secretaries, clerks and other agents of that kind.

Whenever a surviving spouse or minor children of a deceased person shall be left in necessitous circumstances, and not possess in their own rights property to the amount of one thousand dollars, the surviving spouse or the legal representatives of the children, shall be entitled to demand and receive from the succession of the deceased spouse or parent, a sum which added to the amount of property owned by them, or either of them, in their own right, will make up the sum of one thousand dollars, and which amount shall be paid in preference to all other debts, except those secured by the vendor's privilege on both movables and immovables, conventional mortgages, and expenses incurred in selling the property. The surviving spouse shall have and enjoy the usufruct of the amount so received from the deceased spouse's succession, until remarriage, which amount shall afterwards vest in and belong to the children or other descendants of the deceased spouse. [Amended. Acts 1917, Ex.Sess. No. 17; Acts 1918, No. 242; Acts 1979, No. 711, §1]

Art. 3253. When, for want of movables, the creditors, who have a privilege according to the preceding article, demand to be paid out of the proceeds of the immovables of the debtor, the payment must be made in the order laid down in the following chapter.

CHAPITRE 4 – DES PRIVILÈGES SUR LES IMMEUBLES

Art. 3249. Les créanciers privilégiés sur les immeubles sont :

1. Le vendeur sur le fonds par lui vendu, pour le paiement du prix ou de ce qui en reste dû, soit que la vente en ait été faite à terme ou sans terme ;

2. Les architectes, ordonnateurs, maçons, peintres, maîtres d’ouvrage, entrepreneurs, sous-traitants, compagnons, ouvriers, caristes et autres travailleurs employés pour construire, reconstruire ou réparer des bâtiments, édifices ou autres ouvrages ;

3. Ceux qui ont fourni le propriétaire ou son employé, son représentant ou sous-traitant des matériaux de toute nature pour la construction ou la réparation d’un édifice ou autre ouvrage, lorsque ces matériaux ont été utilisés dans ce but ;

Les personnes susmentionnées ont un droit de rétention et un privilège sur l’édifice, améliorations ou autre ouvrage construit et sur le lot de terre n’excédant pas une acre où ils ont été bâtis ; pourvu que ce lot de terre appartienne à la personne ayant fait construire cet édifice, amélioration ou autre ouvrage ; et si un locataire du lot de terre fait construire un de ces derniers, alors le privilège n’existe qu’à l’encontre du bail sans affecter le propriétaire ;

4. Ceux qui ont travaillé par entreprise conformément à la loi ou aux règlements de police, pour faire ou réparer les levées, ponts, canaux et chemins d'un propriétaire, sur la terre sur laquelle les levées, ponts et chemins ont été ainsi faits et réparés.

Art. 3250. Le privilège accordé au vendeur sur l’immeuble par lui vendu, s’étend aux animaux et ustensiles aratoires attachés au fonds, qui faisaient partie de la vente. —> CC 1825, art. 3217.

Art. 3251. S'il y a plusieurs ventes successives, dont le prix soit dû en tout ou en partie, le premier vendeur est préféré au second, le second au troisième, et ainsi de suite. Chaque vendeur est préféré aux hypothèques enregistrées antérieurement par ses acquéreurs et leurs successeurs conformément à l’article 3186, à supposer que l’enregistrement ait été fait en temps utile conformément à l’article 3274. [Loi de 1989, n˚538, §1] —> CC 1825, art. 3218.

CHAPITRE 5 – DES PRIVILÈGES PORTANT SUR LES MEUBLES ET LES IMMEUBLES

Art. 3252. Les privilèges, qui s'étendent sur les meubles et les immeubles, sont les suivants :

1. Les frais funéraires ;

2. Les frais de justice ;

3. Les frais de dernière maladie ;

4. Les salaires des gens de service ;

5. Les appointements des secrétaires, commis et autres employés de ce genre.

Lorsque l’époux survivant ou l’enfant mineur d’une personne décédée est dans le besoin, et ne possède pas de son chef des biens d’une valeur de mille dollars, l’époux survivant ou les représentants légaux du mineur sont en droit d’exiger et de recevoir de la succession du défunt, une somme qui, additionnée au montant des biens dont ils sont propriétaires de leur propre chef ensemble ou séparément, s’élèvera à mille dollars, et qui doit être payée par préférence à toutes les autres créances, à l’exception de celles garanties par le privilège du vendeur sur les meubles ou immeubles, les hypothèques conventionnelles et les frais de la vente du bien. L’époux survivant a la jouissance de l’usufruit du montant reçu de la succession de l’époux décédé jusqu’à son remariage, ce montant revenant par la suite aux enfants ou autres descendants du conjoint décédé. [Modifié par la loi de 1917, n˚17 ; la loi de 1918, n˚242 ; la loi de 1979, n˚711, §1]

Art. 3253. Lorsqu’à défaut de mobilier, les privilégiés énoncés en l’article précédent, se présentent pour être payés sur le prix des immeubles du débiteur, les paiements se font dans l’ordre qui est prescrit dans le chapitre suivant. —> CC 1825, art. 3220.