Louisiana Civil Code

Table of Contents (Download PDF)

TITLE VIII - OF MINORS, OF THEIR TUTORSHIP AND EMANCIPATION

 

CHAPTER 1 - OF TUTORSHIP

 

SECTION 1 - GENERAL DISPOSITIONS

Art. 246. The minor not emancipated is placed under the authority of a tutor after the dissolution of the marriage of his father and mother or the separation from bed and board of either one of them from the other. [Amended by Acts 1924, No. 72]

Art. 247. There are four sorts of tutorships:

Tutorship by nature;

Tutorship by will;

Tutorship by the effect of the law;

Tutorship by the appointment of the judge.

Art. 248. Tutorship by nature takes place of right, but the natural tutor must qualify for the office as provided by law. In every other kind of tutorship the tutor must be confirmed or appointed by the court, and must qualify for the office as provided by law. [Amended by Acts 1960, No. 30, §1, eff. Jan. 1, 1961]

Art. 249. For every sort of tutorship, the tutor is accountable.

 

SECTION 2 - OF TUTORSHIP BY NATURE

Art. 250. Upon the death of either parent, the tutorship of minor children belongs of right to the other.  Upon divorce or judicial separation from bed and board of parents, the tutorship of each minor child belongs of right to the parent under whose care he or she has been placed or to whose care he or she has been entrusted; however, if the parents are awarded joint custody of a minor child, then the cotutorship of the minor child shall belong to both parents, with equal authority, privileges, and responsibilities, unless modified by order of the court or by an agreement of the parents, approved by the court awarding joint custody. In the event of the death of a parent to whom joint custody had been awarded, the tutorship of the minor children of the deceased belongs of right to the surviving parent.

All those cases are called tutorship by nature. [Amended by Acts 1924, No. 196; Acts 1981, No. 283, §1; Acts 1982, No. 307, §1, eff. Jan. 1, 1983; Acts 1983, No. 695, §1]

Art. 251. [Repealed. Acts 1960, No. 30, §2, eff. Jan. 1, 1961]

Art. 252. If a wife happens to be pregnant at the time of the death of her husband, no tutor shall be appointed to the child till after his birth; but, if it should be necessary, the judge may appoint a curator for the preservation of the rights of the unborn child, and for the administration of the estate which may belong to such child. At the birth of the posthumous child, such curator shall be of right the undertutor.

Art. 253. [Repealed. Acts 1974, No. 163, §2]

Arts. 254-255. [Repealed. Acts 1960, No. 30, §2]

Art. 256. A. The mother is of right the tutrix of her illegitimate child not acknowledged by the father, or acknowledged by him alone without her concurrence.

B. After the death of the mother, if the father had not acknowledged the child prior to the mother's death, the court shall give first consideration to appointment as tutor either of her parents or siblings who survive her and accept the appointment, and secondly, the father, always taking into consideration the best interests of the child.

C. If both parents have acknowledged their illegitimate child, the judge shall appoint as tutor the one by whose care the best interests of the child will be served. However, if the parents are awarded joint custody of such acknowledged illegitimate child, then the cotutorship of such child shall belong of right to both parents, with equal authority, privileges, and responsibilities, unless modified by order of the court or by an agreement of the parents, approved by the court awarding joint custody. [Acts 1983, No. 215, §1, eff. Sept. 1, 1983]

 

SECTION 3 - OF THE TUTORSHIP BY WILL

Art. 257. The right of appointing a tutor, whether a relation or a stranger, belongs exclusively to the father or mother dying last.

The right of appointing a tutor, whether a relation or a stranger, also belongs to a parent who has been named the curator for the other living spouse, when that other living spouse has been interdicted, subject only to the right of the interdicted parent to claim the tutorship should his incapacity be removed by a judgment of a court of competent jurisdiction.

This is called tutorship by will, because generally it is given by testament; but it may likewise be given by any declaration of the surviving father or mother, or the parent who is the curator of the other spouse, executed before a notary and two witnesses. [Amended by Acts 1974, No. 142, §1]

Art. 258. If the parents are divorced or judicially separated, only the one to whom the court has entrusted the care and custody of the children has a right to appoint a tutor for them as provided in Article 257. However, if the parents have been awarded joint custody of the children, then the right to appoint a tutor for them belongs to the parent dying last, but either parent may appoint a tutor of the property of the children as provided in Article 257. In the event that both parents appoint a tutor of the property of the children, the tutors shall separately administer that portion of the children's property which is attributable to the respective parent's estate. The court shall decide which tutor shall administer that portion of the children's property which is not attributable to either parent's estate. [Acts 1992, No. 680, §1]

Art. 259. The tutor by will is not compelled to accept the tutorship to which he is appointed by the father or mother.

But if he refuses the tutorship, he loses in that case all the legacies and other advantages, which the person who appointed him may have made in his favor under a persuasion that he would accept this trust.

Art. 260. [Repealed. Acts 1960, No. 30, §2, eff. Jan. 1, 1961]

Art. 261. The father or mother who is entitled to the tutorship of the illegitimate child, according to the provisions of Article 256, can choose a tutor for him, whose appointment, to be valid, must be approved by the judge. [Amended by Acts 1979, No. 607, §1]

Art. 262. If the parent who died last has appointed several tutors to the children, the person first mentioned shall be alone charged with the tutorship, and the second shall not be called to it, except in case of the death, absence, refusal, incapacity or displacing of the first, and in like manner as to the others in succession.

Titre VIII - DES MINEURS, DE LEUR TUTELLE ET DE LEUR ÉMANCIPATION

CHAPITRE 1 - DE LA TUTELLE

SECTION 1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Art. 246. Le mineur non-émancipé est placé sous l’autorité d’un tuteur après la dissolution du mariage de ses père et mère ou après leur séparation de corps*. [Modifié par la Loi de 1924, n° 72]

* NdT : La séparation de corps a été abrogée par la Loi de 1990, n° 1009, en vigueur au 1er janvier 1991. L’article 246 est resté inchangé.

Art. 247. Il y a quatre sortes de tutelles :

La tutelle naturelle ;

La tutelle testamentaire ;

La tutelle légitime ;

La tutelle dative.

Art. 248. La tutelle naturelle a lieu de plein droit, mais le tuteur naturel doit remplir les conditions requises par la loi pour cette fonction. Pour toute autre tutelle le tuteur doit être confirmé ou nommé par le juge, et doit remplir les conditions requises par la loi pour cette fonction. [Modifié par la loi de 1960, n° 30, §1, en vigueur le 1er janvier 1961]

Art. 249. Dans tout type de tutelle, le tuteur rend des comptes*.

* NdT : Texte inchangé depuis 1808. Le français d’origine est « Toute tutelle entraîne comptabilité de la part du tuteur ».

SECTION 2 - DE LA TUTELLE NATURELLE

Art. 250. Après le décès de l’un des parents, la tutelle des enfants mineurs appartient de droit à l’autre. Après le divorce ou le jugement de séparation de corps des parents, la tutelle de chaque enfant mineur appartient de droit au parent aux soins duquel il a été placé ou a été confié ; cependant, lorsque la garde de l’enfant mineur a été attribuée conjointement aux parents, alors la cotutelle de l’enfant mineur appartient aux deux parents, avec une autorité, des prérogatives et des responsabilités égales, à moins qu’il n’en soit décidé autrement par le juge ou par un accord des parents, approuvé par le juge lors de l’attribution de la garde conjointe. En cas de décès d’un parent auquel la garde conjointe avait été attribuée, la tutelle des enfants mineurs du défunt appartient de droit au parent survivant.

Toutes ces situations sont appelées tutelle naturelle. [Modifié par la loi de 1924, n° 196 ; loi de 1981, n° 283, §1 ; loi de 1982, n° 307, §1, en vigueur le 1er janvier 1983 ; loi de 1983, n° 695, §1]

Art. 251. [Abrogé par la loi de 1960, n° 30, §2, en vigueur le 1er janvier 1961]

Art. 252. Lorsqu’une femme se trouve enceinte au moment du décès de son mari*, on ne peut nommer de tuteur à l’enfant jusqu’à sa naissance ; mais, s’il est nécessaire, le juge nommera un curateur pour la conservation des droits de l’enfant qui pourra naître et pour l’administration des biens qui pourront lui appartenir. À la naissance de l’enfant posthume, ce curateur sera de droit le subrogé tuteur.

* NdT : Texte inchangé depuis 1825 : « Si une veuve se trouve grosse au tems de la mort de son mari… » dans l’original.

Art. 253. [Abrogé par la loi de 1974, n° 163, §2]

Art. 254, 255. [Abrogés par la loi de 1960, n° 30, §2]

Art. 256. A. La mère est, de droit, tutrice de son enfant né hors mariage non reconnu par le père, ou reconnu par lui sans le concours de celle-ci.

B. Après le décès de la mère, si le père n’avait pas reconnu l’enfant avant le décès de celle-ci, le juge doit d’abord considérer la désignation comme tuteur de l’un de ses parents ou de ses frères et sœurs survivants et acceptant cette désignation, et ensuite, la désignation du père, en prenant toujours en considération l’intérêt supérieur de l’enfant.

C. Lorsque les deux parents ont reconnu leur enfant né hors mariage, le juge choisit comme tuteur celui qui satisfera l’intérêt supérieur de l’enfant. Cependant, lorsque la garde de cet enfant né hors mariage reconnu est attribuée conjointement aux parents, alors la cotutelle de cet enfant leur appartient de droit, avec une autorité, des prérogatives et des responsabilités égales, à moins qu’il n’en soit décidé autrement par le juge ou par un accord des parents, approuvé par le juge lors de l’attribution de la garde conjointe. [Loi de 1983, n° 215, §1, en vigueur le 1er septembre 1983 ; loi de 2016, no 210, §1, en vigueur le 1er août 2016]

SECTION 3 - DE LA TUTELLE TESTAMENTAIRE

Art. 257. Le droit de choisir un tuteur, parent ou même étranger, n’appartient qu’au dernier mourant des père et mère.

Le droit de choisir un tuteur, qu’il s’agisse d’un parent ou d’un tiers, appartient aussi au parent qui a été nommé curateur de l’autre conjoint vivant, lorsque cet autre conjoint vivant a été interdit*, sous la seule réserve du droit du parent interdit de demander la tutelle si son incapacité est levée par le jugement d’une juridiction compétente.

Cette tutelle s’appelle testamentaire, parce qu’elle se défère ordinairement par testament ou acte de dernière volonté ; mais elle peut également se déférer par toute déclaration du survivant des père et mère, ou du parent qui est curateur de l’autre conjoint, reçue par-devant un notaire et deux témoins. [Modifié par la loi de 1974, n° 142, §1] à CC 1825, art. 275.

* NdT : L’interdiction est le régime par lequel un majeur ou un mineur émancipé est placé sous la protection d’un curateur. L’interdiction est source d’incapacité contractuelle.

Art. 258. Lorsque les parents sont divorcés ou séparés de corps, seul celui auquel le juge a confié le soin et la garde des enfants a le droit de leur choisir un tuteur, conformément à l’article 257. Cependant, lorsque les parents ont été investis de la garde conjointe des enfants, ce droit appartient au parent qui meurt le dernier. Néanmoins, l’un ou l’autre des parents peut choisir un tuteur des biens des enfants, conformément à l’article 257. Dans le cas où chacun des deux parents désigne un tuteur des biens des enfants, les tuteurs doivent administrer séparément la part des biens des enfants respectivement attribuable au patrimoine de chaque parent. Le juge décide quel tuteur administre la part des biens des enfants qui n’est pas attribuable au patrimoine de l’un ou l’autre des parents. [Loi de 1992, n° 680, §1]

Art. 259. Le tuteur testamentaire n’est pas tenu d’accepter la tutelle qui lui est déférée par les père et mère.

Mais s’il refuse la tutelle, en ce cas il perd tous les legs et autres avantages que celui ou celle qui l’a nommé lui a faits dans l’opinion qu’il accepterait cette charge. à CC 1825, art. 277

Art. 260. [Abrogé par la loi de 1960, n° 30, §2, en vigueur le 1er janvier 1961]

Art. 261. Le père ou la mère chargé de la tutelle de l’enfant né hors mariage, en vertu des dispositions de l’article 256, peut lui choisir un tuteur, dont la nomination aura besoin, pour être valable, d’être approuvée par le juge. [Modifié par la loi de 1979, n° 607, §1 ; loi de 2016, no 210, §1, en vigueur le 1er août 2016] à CC 1825, art. 279

Art. 262. Si le dernier mourant des père et mère avait nommé plusieurs tuteurs à ses enfants, le premier nommé serait seul chargé de la tutelle, et le second n’y serait appelé qu’en cas de mort, absence, refus, incapacité ou destitution du premier, et ainsi de suite. à CC 1825, art. 280