Louisiana Civil Code

Table of Contents (Download PDF)

SECTION 3 - OF THE PRIVILEGE ON SHIPS AND MERCHANDISE

Art. 3237. The following debts are privileged on the price of ships and other vessels, in the order in which they are placed:

1. Legal and other charges incurred to obtain the sale of a ship or other vessel, and the distribution of the price.

2. Debts for pilotage, towage, wharfage and anchorage.

3. The expenses of keeping the vessel from the time of her entrance into port until sale, including the wages of persons employed to watch her.

4. The rent of stores, in which the rigging and apparel are deposited.

5. The maintenance of the ship and her tackle and apparatus, since her return into port from her last voyage.

6. The wages of the captain and crew employed on the last voyage.

7. Sums lent to the captain for the necessities of the ship during the last voyage, and reimbursement of the price of merchandise sold by him for the same purpose.

8. Sums due to sellers, to those who have furnished materials and to workmen employed in the construction, if the vessel has never made a voyage; and those due to creditors for supplies, labor, repairing, victuals, armament and equipment, previous to the departure of the ship, if she has already made a voyage.

9. Money lent on bottomry for refitting, victualing, arming and equipping the vessel before her departure.

10. The premiums due for insurance made on the vessel, tackle and apparel, and on the armament and equipment of the ship.

11. The amount of damage due to freighters for the failure in delivering goods which they have shipped, or for the reimbursement of damage sustained by the goods through the fault of the captain or crew.

12. Where any loss or damage has been caused to the person or property of any individual by any carelessness, neglect or want of skill in the direction or management of any steamboat, barge, flatboat, water craft or raft, the party injured shall have a privilege to rank after the privileges above specified.

The term of prescription of privileges against ships, steamboats and other vessels shall be six months.

Art. 3238. The creditors, named in each number of the preceding article, except number twelve, come in together, and must all suffer a ratable diminution, if the fund be insufficient.

Art. 3239. Creditors having privileges on ships or other vessels, may pursue the vessel in the possession of any person who has obtained it by virtue of a sale; in this case, however, a distinction must be made between a forced and a voluntary sale.

Art. 3240. When the sale was a forced one, the right of the purchaser to the property becomes irrevocable; he owes only the price of adjudication, and over it the creditors exercise their privilege, in the order above prescribed.

Art. 3241. When the sale is voluntary on the part of the owner, a distinction is to be made, whether the vessel was in port or on a voyage.

Art. 3242. When a sale has been made, the vessel being in port, the creditors of the vendor, who enjoy the privilege for some cause anterior to the act of sale, may demand payment and enforce their rights over the ship, until a voyage has been made in the name and at the risk of the purchaser, without any claim interposed by them.

Art. 3243. But when the ship has made a voyage in the name and at the risk of the purchaser, without any claim on the part of the privileged creditors of the vendor, these privileges are lost and extinct against the ship, if she was in port at the time of sale.

Art. 3244. On the other hand, if the ship was on a voyage at the time of sale, the privilege of the creditor against the purchaser shall only become extinct after the ship shall have returned to the port of departure, and the creditors of the vendor shall have allowed her to depart on another voyage for the account and risk of the purchaser, and shall have made no claim.

Art. 3245. A ship is considered to have made a voyage, when her departure from one port and arrival at another shall have taken place, or when, without having arrived at another, more than sixty days have elapsed between the departure and return to the same port; or when the ship, having departed on a long voyage, has been out more than sixty days, without any claim on the part of persons pretending a privilege.

Art. 3246. The captain has a privilege for the freight during fifteen days after the delivery of the merchandise, if they have not passed into third hands. He may even keep the goods, unless the shipper or consignee shall give him security for the payment of the freight.

Art. 3247. Every consignee or commission agent who has made advances on goods consigned to him, or placed in his hands to be sold for account of the consignor, has a privilege for the amount of these advances, with interest and charges on the value of the goods, if they are at his disposal in his stores, or in a public warehouse, or if, before their arrival, he can show, by a bill of lading or letter of advice, that they have been dispatched to him.

This privilege extends to the unpaid price of the goods which the consignee or agent shall have thus received and sold.

Every consignee, commission agent or factor shall have a privilege, preferred to any attaching creditor, on the goods consigned to him for any balance due him, whether specially advanced on such goods or not; provided they have been received by him, or an invoice or bill of lading has been received by him previous to the attachment; provided, that the privilege established by this article shall not have a preference over a privilege pre-existing on the goods aforesaid in behalf of a resident creditor of this State.

Art. 3248. In the event of the failure of the consignee or commission agent, the consignor has not only a right to reclaim the goods sent by him, and which remain unsold in the hands of the consignee or agent, if he can prove their identity, but he has also a privilege on the price of such as have been sold, if the price has not been paid by the purchaser, or passed into account current between him and the bankrupt.

SECTION 3 – DU PRIVILÈGE SUR LES NAVIRES ET LES MARCHANDISES

Art. 3237. Sont privilégiées sur le prix des navires et autres embarcations, et dans l’ordre où elles sont rangées, les créances ci-après :

1. Les frais de justice, et autres frais pour parvenir à la vente du navire ou autre embarcation et à la distribution du prix ;

2. Les droits de pilotage, remorquage, quaiage et amarrage ;

3. Les gages des gardiens et frais de garde du bâtiment depuis son entrée dans le port jusqu’à la vente ;

4. Le loyer des magasins où se trouvent déposés les agrès et apparaux ;

5. Les frais d'entretien du bâtiment et de ses agrès et apparaux depuis son dernier voyage et son retour dans le port ;

6. Les gages et loyers du capitaine et autres gens de l'équipage employés au dernier voyage ;

7. Les sommes prêtées au capitaine pour les besoins du bâtiment pendant le dernier voyage, et le remboursement du prix des marchandises par lui vendues pour le même objet ;

8. Les sommes dues aux vendeurs, aux fournisseurs et ouvriers employés dans la construction, si le navire n'a pas encore fait de voyage ; et les sommes dues aux créanciers pour fournitures, travaux, main-d’œuvre, radoub, victuaille, armement et équipement avant le départ du navire, s'il a déjà navigué ;

9. Les sommes prêtées à la grosse sur le corps, quille et apparaux pour radoub, victuaille, armement et équipement, avant le départ du navire ;

10. Le montant des primes d'assurance faites sur le corps, quille, agrès et apparaux, et sur armement et équipement du navire ;

11. Les dommage-intérêts dus aux affréteurs pour le défaut de délivrance des marchandises qu'ils ont chargées, ou pour remboursement du prix des avaries souffertes par ces marchandises par la faute du capitaine ou de l'équipage.

12. En cas de perte ou dommage causé à la personne ou au bien d’autrui par imprudence, négligence ou impéritie dans la direction ou la gestion de tout bateau à vapeur, péniche, chaland, à propulsion ou non, la partie lésée a un privilège qui prend rang après les privilèges susmentionnés.

Les privilèges contre des navires, bateaux à vapeur et autre embarcations se prescrivent par six mois. —> CC 1825, art. 3204.

Art. 3238. Les créanciers compris dans chacun des numéros de l’article précèdent, à l’exception du numéro douze, viennent par concurrence entre eux et par contribution en cas d’insuffisance. —> CC 1825, art. 3205.

Art. 3239.  Les créanciers privilégiés sur les navires et autres embarcations ont un droit de suite sur le bâtiment, quoiqu'il passe en d'autres mains par l'effet de la vente qui en serait faite ; mais il faut distinguer à cet égard si la vente a été forcée ou volontaire. —> CC 1825, art. 3206.

Art. 3240. Lorsque la vente du navire a été forcée, les droits de l'adjudicataire à la propriété deviennent irrévocables ; il ne doit que le prix de son adjudication sur lequel les créanciers exercent leur privilège, suivant l'ordre qui est ci-dessus prescrit. —> CC 1825, art. 3207.

Art. 3241. Quand la vente est volontaire de la part du propriétaire, on distingue si lors de cette vente le navire ou autre bâtiment était dans le port ou en voyage.

—> CC 1825, art. 3208.

Art. 3242. Lorsque la vente a été faite, le navire dans le port, les créanciers privilégiés du vendeur pour une cause antérieure à l'acte de vente, peuvent poursuivre leur paiement et exercer leurs droits sur ce bâtiment, jusqu'à ce qu'il ait fait un voyage, sous le nom et aux risques de l'acheteur, sans réclamation de leur part.

—> CC 1825, art. 3209

Art. 3243. Mais lorsque le navire a fait un voyage sous le nom et aux risques de l'acheteur, sans réclamation de la part des créanciers privilégiés du vendeur, tous ces privilèges sont purgés et éteints contre le bâtiment, lorsqu'il était dans le port à l'époque de la vente. —> CC 1825, art. 3210.

Art. 3244. Au contraire si le navire était en voyage lors de cette vente, les privilèges ne seront purgés contre l'acquéreur qu'autant que le navire sera revenu dans le port dont il était parti, et que les créanciers du vendeur l'auront laissé repartir pour un autre voyage pour les compte et risques de l'acquéreur, sans faire de réclamation. —> CC 1825, art. 3211.

Art. 3245. Un navire est censé avoir fait un voyage, lorsque son départ et son arrivée ont été constatés dans deux ports différents, ou lorsque, sans être arrivé dans un autre port, il s'est écoulé plus de soixante jours entre le départ et le retour dans le même port, ou lorsque le navire étant parti pour un voyage de long-cours, a été plus de soixante jours en voyage, sans réclamation de la part des créanciers qui prétendent au privilège. —> CC 1825, art. 3212.

Art. 3246. Le capitaine a un privilège pour le paiement de son fret, pendant quinzaine depuis la délivrance des marchandises, si elles n'ont pas passé en mains tierces. Le capitaine peut même retenir les marchandises, à moins que le chargeur ou le consignataire ne lui donnent sûreté pour le paiement de son fret. —> CC 1825, art. 3213.

Art. 3247. Tout consignataire ou commissionnaire, qui a fait des avances sur les marchandises a lui expédiées ou remises pour être vendues pour le compte du commettant, a un privilège, pour le remboursement de ses avances, intérêts et frais, sur la valeur de ces marchandises si elles sont à sa disposition dans ses magasins ou dans un dépôt public, ou si avant qu'elles soient arrivées, il peut constater par un connaissement ou une lettre d'avis, l'expédition qui lui en a été faite.

Ce privilège s'étend sur le prix non encore payé des marchandises que le consignataire ou le commissionnaire aurait ainsi reçues et vendues.

Tout consignataire, commissionnaire ou courtier a un privilège, préféré à tout créancier saisissant, sur les marchandises à lui expédiées pour tout solde lui étant dû, qu’il fût spécialement avancé pour ces marchandises ou non ; pourvu qu’il les ait reçues, ou qu’il ait reçu une facture ou un connaissement avant la saisie ; pourvu que le privilège établi par le présent article ne soit pas préféré à un privilège préexistant sur les marchandises précitées pour le compte d’un créancier résident de cet état. —> CC 1825, art. 3214.

Art. 3248. En cas de faillite du consignataire ou commissionnaire, le commettant a non seulement le droit de revendiquer les marchandises qu'il lui a envoyées, et qui se trouvent en nature et invendues entre les mains de ce consignataire ou commissionnaire, s'il peut en constater l'identité, mais il a en outre un privilège sur le prix de celles de ces marchandises qui ont été vendues, si ce prix n'a pas été payé par l'acheteur ou passé en compte courant entre le failli et lui. —> CC 1825, art. 3215.