Louisiana Civil Code

Table of Contents (Download PDF)

TITLE XIX - OF ARBITRATION

 

Art. 3099. A submission is a covenant by which persons who have a lawsuit or difference with one another, name arbitrators to decide the matter and bind themselves reciprocally to perform what shall be arbitrated.

Art. 3100. A submission must be reduced to writing.

Art. 3101. They who cannot bind themselves cannot make a submission. An attorney in fact cannot make a submission without a special power.

The tutors of minors and the curators of persons interdicted or absent, cannot do it without being authorized by the judge. [Amended by Acts 1979, No. 711, §1]

Art. 3102. Parties may submit either all their differences, or only some of them in particular; and likewise they may submit to arbitration a lawsuit already instituted or only in contemplation, and generally every thing which they are concerned in, or which they may dispose of.

Art. 3103. One may submit to arbitration the damages incurred for a public offense; but it is without any prejudice to the prosecution of it in behalf of the State.

Art. 3104. The power of arbitrators is limited to what is explained in the submission.

Art. 3105. A. If the submission does not limit any time, the power of the arbitrators may continue in force during three months from the date of the submission, unless the parties agree to revoke it.

B. Prescription is interrupted as to any matter submitted to arbitration from the date of the submission and shall continue until the submission and power given to the arbitrators are put at an end by one of the causes in Article 3132, unless suit has been filed, in which case the provisions of Articles 3462 and 3463 shall apply. [Acts 1984, No. 782, §1]

Art. 3106. It is usual to undergo a penalty of a certain sum of money in the submission, which the person who shall contravene the award, or bring appeal therefrom, shall be bound to pay to the other who is willing to abide by it; but this covenant is not essential, and the submission may subsist without the penalty.

Art. 3107. A. All persons may be arbitrators, except such as are under some incapacity or infirmity, which renders them unfit for that function.

B. Therefore, minors under the age of eighteen years, persons interdicted, those who are deaf and unable to speak, can not be arbitrators [Acts 2014, No.811, §30, eff. June. 23, 2014].

Art. 3108. [Repealed. Acts 1979, No. 709, §2]

Art. 3109. There are two sorts of arbitrators: The arbitrators properly so called; And the amicable compounders.

Art. 3110. The arbitrators ought to determine as judges, agreeably to the strictness of the law.

Amicable compounders are authorized to abate something of the strictness of the law in favor of natural equity.

Amicable compounders are, in other respects, subject to the same rules which are provided for the arbitrators by the present title.

Art. 3111. Before examining the difference to them submitted, the arbitrators ought to take an oath before a judge or justice of the peace, to render their award with integrity and impartiality in the cause which is laid before them.

Art. 3112. The parties, who have submitted their differences to arbitrators, must make known their claims, and prove them, in the same manner as in a court of justice, by producing written or verbal evidence in the order agreed on between them or fixed by the arbitrators.

Art. 3113. The arbitrators shall appoint a time and place for examining the matter to them submitted, and give notice thereof to the parties or to their attorneys.

Art. 3114. The parties must attend the arbitrators either in person, or by their attorney, with their witnesses and documents. If one or both of them should not appear, the arbitrators may proceed and inquire into the affair in their absence.

Art. 3115. Arbitrators have no authority to compel witnesses to appear before them or to administer an oath; but, at the request of arbitrators, it will be the duty of justices of the peace to compel witnesses to appear and to administer the oath to them.

Art. 3116. If the arbitrators disagree another shall decide, and that other is called an umpire.

Art. 3117. The nomination of the umpire is either made by the parties themselves at the time of the submission, or left to the discretion of the arbitrators.

Art. 3118. Whenever the umpire has not been appointed by the submission, the arbitrators have the power to appoint him, though such power is not mentioned in the submission. But if the arbitrators can not agree on this election, the umpire shall be appointed ex officio by the judge.

Art. 3119. The umpire shall take an oath similar to that taken by the arbitrators, before examining the matter or the point submitted to him.

Art. 3120. The arbitrators who have consented to act as such, ought to determine the suit or the difference which is submitted to them, as soon as possible and within the time fixed by the submission.

Art. 3121. Arbitrators can not exceed the power which is given to them; and if they exceed it, their award is null for so much.

Art. 3122. The authority of arbitrators extend [extends] only to the things contained in the submission, unless it has been stated that they shall have power to decide all disputes which may arise between the parties in the course of the arbitration.

Art. 3123. The arbitrators ought to give their award within the time limited by the submission, and it would be null if it were given after the time is expired.

Art. 3124. Nevertheless the parties may give power to the arbitrators to prolong the time, and in this case their power lasts during the time of the prorogation.

Art. 3125. If the submission specifies a certain time for the examination of the cause which the arbitrators are to decide, they can not give their award till that time is expired. [Amended by Acts 1871, No. 87]

Art. 3126. If there are several arbitrators named by the submission, they can not give their award, unless they all see the proceedings and try the cause together; but it is not necessary that the award be signed by them all.

Art. 3127. The arbitrators shall fix by their award the amount of the sum which they sentence one or several of the parties to pay to the other or others, though the omission of this does not annul the award.

Art. 3128. The arbitrators may likewise pronounce by their award on the interest and costs; but their silence on that subject is not a cause of nullity. If legal interest would have been payable by law from date of judicial demand, such legal interest awarded by the arbitrators shall attach from the date the matter was submitted to arbitration. [Acts 1985, No. 571, §1]

Art. 3129. The award in order to be put in execution, ought to be approved by the judge; but this formality is only intended to invest the award with a sufficient authority to ensure its execution and not to submit to the judge the examination of its merits, except in case an appeal is brought before him.

Art. 3130. He who is not satisfied with the award, may appeal from it, though the parties had renounced such appeal by the submission; but the appellant before being heard on his appeal, ought to pay the penalty stipulated in the submission, if any has been stipulated; and this penalty shall ever be due, though the appellant afterwards renounces his appeal; but if he succeeds to have the award reversed, either in whole or in part, the court who shall pronounce on the appeal, shall order the re-payment of the penalty; but if the award is confirmed, the penalty which has been paid, shall operate no diminution on the amount of the award.

Art. 3131. The arbitrators having once given their award, can not retract it nor change any thing in it.

Art. 3132. The submission and power given to the arbitrators are put at an end by one of the following causes: 1. By the expiration of the time limited, either by the submission or by law, though the award should not be yet rendered.

2. By the death of one of the parties or arbitrators.

3. By the final award rendered by the arbitrators.

4. When the parties happen to compromise touching the thing in dispute, or when this thing ceases to exist.

TITRE XIX – DE L’ARBITRAGE

 

Art. 3099. Le compromis est une convention par laquelle les personnes qui ont un procès ou un différend, nomment des arbitres pour le terminer, et s’obligent réciproquement à exécuter ce qui sera arbitré.

Art. 3100. Les compromis doivent être rédigés par écrit.

Art. 3101. Ceux qui ne peuvent pas s’engager ne peuvent pas compromettre. Un fondé de procuration* ne peut compromettre sans un pouvoir spécial.

Les tuteurs des mineurs et les curateurs des interdits ou absents, ne peuvent compromettre que sous autorité de justice. [Amendé par la Loi de 1979n° 711, §1.]

*Ndt: Reprise intégrale du texte du CC 1825 (art. 3068), qui reprend le Digeste de 1808.

Art. 3102. On peut compromettre sur tous les différends, ou seulement sur quelques-uns en particulier, comme aussi on peut compromettre sur un procès à mouvoir, de même que sur un procès déjà mû, et généralement de toutes choses qui concernent les parties, et dont elles peuvent disposer.

Art. 3103. On peut compromettre sur les dommages-intérêts résultant d’un délit; mais c’est sans préjudice aux poursuites du ministère public.

Art. 3104. Le pouvoir des arbitres est borné à ce qui est expliqué par le compromis.

Art. 3105. A. Si le compromis ne limite aucun temps, le pouvoir des arbitres durera pendant trois mois, de la date du compromis, si ce n’est que les parties ne s’accordent à le révoquer.

B. La prescription relative à toute matière soumise à l’arbitrage est interrompue à la date du compromis et continue jusqu’au moment où le compromis et le pouvoir accordé aux arbitres prennent fin pour un des motifs visés à l’article 3132, à moins qu’une action en justice n’ait été intentée, auquel cas les dispositions des articles 34620et 3463 s’appliquent. [Loi de 1984, n° 782, § 1.]

Art. 3106. Il est d’usage d’imposer une peine pécuniaire par le compromis, que celui ou celle qui n’exécute pas le jugement des arbitres, et qui en appelle, est tenu de payer à l’autre partie qui veut s’y soumettre; mais cette convention n’est pas essentielle, et le compromis peut subsister sans qu’il ait de peine stipulée contre les contrevenants.

Art. 3107. Toutes personnes peuvent être arbitres, à la réserve de celles qui sont sujettes à quelqu’incpacité ou infirmité qui ne leur permettrait pas d’exercer cette fonction.

Ainsi les mineurs au-dessous de l’âge de dix-huit ans, les interdits, les sourds ou les muets ne peuvent être arbitres.

Art. 3108. [Abrogé par la Loi de 1979, n° 709, §2.]             

Art. 3109. Les arbitres sont de deux sortes :

Les arbitres proprement dits ;

Et les amiables compositeurs.

Art. 3110. Les arbitres doivent décider comme des juges, suivant la rigueur de la loi.

Les amiables compositeurs sont autorisés à se relâcher de la rigueur de la loi, et à suivre l’équité naturelle.    

Les amiables compositeurs sont au reste sujets aux mêmes règles qui sont prescrites aux arbitres par le présent titre.

Art. 3111. Les arbitres doivent, avant d’examiner le différend qui leur est soumis, prêter serment devant le premier juge ou le juge de paix, de rendre leur sentence avec intégrité et impartialité, sur la cause qui leur est soumise.

Art. 3112. Les parties, qui ont compromis sur leurs différends, doivent faire connaître leurs prétentions et les prouver de la même manière que dans les cours de justice, soit par écrit, soit par témoins, suivant l’ordre dont elles conviennent de gré à gré, ou qui est réglé par les arbitres.

Art. 3113. Les arbitres doivent fixer le temps et le lieu où ils examineront l’affaire qui leur est soumise, et en donner avis aux parties ou à leurs procureurs.

Art. 3114. Les parties doivent comparaître devant les arbitres, soit en personne, soit par procureur, avec leurs titres et leurs témoins. Si l’une d’elles, ou toutes les deux ne comparaissent pas, les arbitres doivent passer outre, et instruire l’affaire en leur absence.

Art. 3115. Les arbitres n’ont point d’autorité pour forcer les témoins à comparaître par devant eux, ni pour les assermenter ; mais sur leur réquisition il est du devoir de tout juge de paix de les forcer à cette comparution, et de leur faire prêter serment.

Art. 3116. Si les arbitres ne s’accordent pas, ils doivent être départagés par un tiers, et ce tiers s’appelle sur-arbitre.

Art. 3117. La nomination de sur-arbitre peut se faire par les parties elles-mêmes, au moment du compromis, ou être laissée aux choix des arbitres.

Art. 3118. Toutes les fois que le sur-arbitre n’a pas été nommé par le compromis, les arbitres ont le pouvoir de le choisir, quoique ce pouvoir ne soit pas exprimé dans le compromis. Mais si les arbitres ne s’accordent pas sur leur choix, le sur-arbitre sera nommé d’office par le juge.

Art. 3119. Le sur-arbitre doit prêter un serment semblable à celui des arbitres, avant d’examiner la cause ou les points qui lui sont soumis.

Art. 3120. Les arbitres qui ont accepté cette charge doivent prononcer sur le procès ou sur le différend qui leur est soumis, le plus promptement possible, et dans les délais fixés par le compromis.

Art. 3121. Les arbitres ne peuvent excéder les bornes du pouvoir qui leur est donné, à peine de nullité de tout ce qu’ils feraient au-delà.

Art. 3122. Le pouvoir des arbitres ne s’étend que sur les choses contenues dans le compromis, à moins qu’il n’ait été exprimé qu’ils auront le pouvoir de juger toutes les contestations qui pourront survenir entre les parties pendant le cours de l’arbitrage.

Art. 3121. Les arbitres doivent rendre leur sentence dans le temps réglé par le compromis; elle serait nulle, si elle était rendue après le temps expiré.

Art. 3124. Néanmoins les parties peuvent donner pourvoir aux arbitres de proroger le temps, et en ce cas leur pouvoir dure pendant le temps de la prorogation

Art. 3125. Si le compromis règle un certain temps pour l’instruction de ce que les arbitres auront à juger, ils ne pourront rendre leur sentence avant ce délai. [Amendé par la Loi de 1871, n° 87.]

Art. 3126. S’il y a plusieurs arbitres nommés par le compromis, ils ne pourront rendre leur sentence, sans que tous voient le procès et le jugent ensemble; mais il n’est pas nécessaire que la sentence soit signée par tous les arbitres.

Art. 3127. Les arbitres doivent fixer par leur sentence le montant de la somme dont ils prononcent la condamnation contre l’une ou quelques-unes des parties, quoique cette omission ne rende pas leur sentence nulle.

Art. 3128. Les arbitres peuvent également prononcer par leur sentence sur les intérêts et dépens, mais leur silence à cet égard ne serait pas une nullité. Lorsqu’un intérêt légal est dû en vertu de la loi à compter de la demande en justice, un tel intérêt octroyé par les arbitres court à compter du jour où l’affaire a été soumise à l’arbitrage. [Loi de 1985, n° 571, §1.]

Art. 3129. La sentence arbitrale, pour être mise à exécution, a besoin d’être homologuée par justice ; mais cette formalité n’est que pour donner à cette sentence le sceau de l’exécution, et non pour soumettre au juge l’examen de son mérite, à moins qu’il n’y ait appel par devant lui.

Art. 3130. Celui qui n’est pas satisfait de la sentence arbitrale, peut en interjeter appel, quand même les parties y aurait renoncé par le compromis; mais l’appelant, avant de pouvoir être écouté sur son appel, doit payer la peine ou dédit porté au compromis, si aucune y a été stipulé; et ce dédit sera toujours dû, quand même l’appelant renoncerait par la suite à son appel; mais s’il réussit à faire infirmer la sentence, en tout ou en partie, la cour, qui prononcera sur l’appel, ordonnera la restitution du dédit ; et de même si la sentence est confirmée, le dédit payé n’opérera aucune diminution sur les condamnations prononcées.

Art. 3131. Les arbitres ayant une fois rendu leurs sentence, ne peuvent plus la rétracter ni y rien changer.

Art. 3132. Le compromis et le pouvoir donné aux arbitres finissent d’une des manières suivantes :

1. Par l’expiration du temps fixé par le compromis ou par la loi, quoique la sentence arbitrale ne soit pas encore rendue ;

2. Par la mort de l’une des parties ou de l’un des arbitres ;

3. Par la sentence définitive rendue par les arbitres ;

4. Lorsque les parties font une transaction touchant la chose contestée, ou lorsque cette chose cesse d’exister.